Fichier 1
Chargement

Sara Barcaroli

ATTENDEES.participated_to
  • Masterclass - 2021 - session #1

La masterclass Oeildeep a été l’occasion pour moi de faire un point sur mon projet personnel et de prendre un moment de réflexion sur le sens des images que j’avais produites les années précédentes.

L’accompagnement de Laura Serani, Stefano De Luigi et Jean-Christian Bourcart et les commentaires de mes collègues permettent un retour direct mais bienveillant sur notre travail, cela ouvre à des conversations stimulantes sur le sens de ce que l’on fait et à des perspectives d’évolution. 

-

PARADIGME.

Mon projet Paradigme s’inspire des théories postgenristes afin d’imaginer une société utopique qui intègre toutes les multiplicités de genres pour aboutir à la disparition du concept même de genre.

Paradigme combine des portraits de personnes non-binaires du milieu queer parisien et des paysages qui représentent la transformation, le transition et le devenir.
 Ces images sont pour moi des propositions visant à penser les paysages d’une nouvelle humanité. Chaque portrait n’a pas été simplement l’occasion d’une rencontre pour moi mais aussi la découverte d’un autre regard sur le monde et le moment d’un partage de réflexions sur la société.

Ces rencontres représentent à titre personnel la découverte d’une vision plus ouverte et fluide de la société, une enquête sur le genre et un engagement politique.

La théorie cyborgienne post-genre met en question les dualismes de nos sociétés, c’est- à-dire qu’elle permet de déconstruire les identités, les catégories, les relations, les espaces.
 Le dualisme contribue à la logique et aux pratiques du système de domination, que ce soit des femmes, des gens de couleurs, des travailleurs.ses ou de la nature.

Male/femelle, soi/autre, corps/esprit, nature/culture, tout/partie; le dualisme cause la subordination et le cyborg féminisme, au contraire, nie toute identité féminine naturelle et par conséquent le dualisme de genre.
 Le corps est complexe, multiple et ne peut pas correspondre aux catégories binaires de genre. Le corps postmoderne est sans modèle originel et n’est pas considéré comme un « être » défini mais comme une frontiere variable.

Sara Barcaroli

Fichier 1